mar. Juil 23rd, 2019

Des manifestations prévues ce 7 février

7 février 2019, 33 ans après la chute de la dictature des Duvalier, des partis politiques de l’opposition ont appelé à manifester pour obtenir le départ du président Jovenel Moïse, responsable désigné d’une crise économique exacerbée dont les expressions, angoissantes, sont la dépréciation accélérée de la gourde, le renchérissement des prix, conséquences, entre autres, du financement monétaire record d’un déficit public non productif.

Moins de vingt-quatre heures avant cette date, il y a, dans la communauté urbaine Port-au-Prince, une ambiance un peu lourde. En début de journée, au Bicentaire, au sud de Port-au-Prince, le concert d’armes automatiques a repris. « Je ne sais pas si Arnel est revenu. Je ne sais pas », a lâché une résidente de la zone interrogée par le journal en milieu d’après-midi. Pendant de longues heures, l’impossibilité des automobilistes à utiliser cette voie pour se rendre à Carrefour et ailleurs dans le grand Sud a provoqué un bouchon immense. « Je suis bloqué à la ruelle Alerte depuis au moins trois heures », a confié un reporter du journal. Il est obligé, comme d’innombrables usagers, de prendre son mal en patience.

Sur les réseaux sociaux, les photos ont circulé, et à la radio, le détail de l’obstruction de Lalue avec des pneus enflammés a été exposé. Des directeurs d’écoles, acides, ont réclamé le départ du président Moïse tout en exigeant des arriérés de paiement dans le cadre du PSUGO. Plus à l’Est, à Delmas 33, d’autres automobilistes ont eux aussi été immobilisés. Plus les heures agonisaient, plus les messages circulaient, plus il était évident que des milliers d’automobilistes avaient décidé de rentrer chez eux plus tôt.

Peu avant 16 heures, des consignes d’un message de l’ambassade des USA ont été partagées sur les réseaux sociaux. L’ambassade a recommandé à ses employés de rester chez eux ce mercredi à 6 heures p.m. jusqu’à 7 heures du matin, jeudi 7 février à cause des manifestations annoncées à Port-au-Prince et à Pétion-Ville. Les rendez-vous pour les visas non-immigrant pour le 7 février sont reportés à une date ultérieure.

En fin d’après-midi, le secrétaire d’Etat à l’Information, Eddy Jackson Alexis, a rassuré la population. La police a reçu des instructions pour contrer les actes de violence, a-t-il expliqué. La population a le droit de manifester et la police assurera la sécurité des manifestations dont la tenue est notifiée, a avancé Eddy Jackson Alexis.

Le directeur général de la PNH, Michel-Ange Gédéon, dans un message aux policiers à l’occasion du 7 février 2019, a indiqué que « la PHN, institution républicaine avec des fonctions régaliennes de premier ordre, se doit d’être debout et, de fait, sera debout pour accompagner les manifestations pacifiques, neutraliser les malfaiteurs, réprimer tout acte de vandalisme, assurer la sécurité des vies et des biens conformément à sa mission constitutionnelle ». Michel-Ange Gédéon, très préoccupé par les cas répétés d’assassinat de policiers, a invité les hommes et femmes en uniforme à la prudence et à la vigilance à l’occasion des manifestations prévues le 7 février 2019.

Roberson Alphonse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »